© Michaël Serfaty

Aires

AIRES

 

Buenos Aires
Imbibée d’Histoire.
Sombre et lumineuse. Active. Bruyante. Splendide. 
Gorgée d’éclats et de drames.
Là-bas les femme sont graves.
On a emprisonné leurs frères, tué leurs maris, volé leurs enfants.
On les a jetées des avions.
Et depuis elles tournent comme des folles, pour appeler leurs disparus.
Les femmes sont graves à Buenos Aires
C’est elles qu’on appelle folles
Mais ce sont bien ces hommes, les fous, qui ont volé leur avenir.
Les drames sont gravés dans les murs, dans les visages.
Sombrios Aires.

 

                                                             Michaël Serfaty