© Michaël Serfaty

Le mouvement de l'attente

LE MOUVEMENT DE L'ATTENTE

2006

 

Du béton anthracite,
doux et lisse comme une peau,
aussi aigu qu’elles sont rondes,
diamant brut et sauvage,
comme un écrin,
comme une attente.
Un centre chorégraphique
Comme un ventre primitif,
En patience de sa chair, de son mouvement.

Ca bouge.
Un mouvement. Une inquiétude.
Quelques dates. Un espoir fou.
Un mouvement comme une danse,
comme une vie.
Des projets, des envies.
Un rêve qui s’ébauche.
Ca bouge.

Elles, filles de chair et de vent,
Deux femmes, deux mères,
Deux danseuses, deux amies,
De la première heure,
Du premier élan,
Du premier germe,
Qui ont vu mûrir le fruit du travail inspiré,
A leur tour porteuses du mouvement,
Ventres de chair dans le ventre de pierre.

Un moment lui-même porteur d’une éternité unique,
Deux amies dans une attente commune
De deux enfants amis,
Deux danseuses dans un même corps,
Une même chorégraphie,
Une rencontre, une confiance, un jeu,
Une coïncidence mûrie de sa propre surprise.

Avenirs conjoints, futurs mêlés.
Corps dans le corps dans le corps.
Vertiges de créations en abîme.
Moment d’exception,
comme seul le hasard ou le destin,
l’occulte ou le divin,
sait engendrer,
Que la photographie, humble et émerveillée
devant cette rencontre des perfections,
osant encore créer au cœur des créations,
le souffle absenté dans ce mouvement de l’attente,
a espéré suspendre au-delà de l’oubli.

 

Michael Serfaty