Les paysages de notre enfance

Les Paysages de notre Enfance ouvert
Les_Paysages_de_notre_Enfance_3
Les_Paysages_de_notre_Enfance_5
Les_Paysages_de_notre_Enfance_6
Les_Paysages_de_notre_Enfance_7
Les_Paysages_de_notre_Enfance_2
Les_Paysages_de_notre_Enfance_1
Les_Paysages_de_notre_Enfance_9
Les_Paysages_de_notre_Enfance_10
Les_Paysages_de_notre_Enfance_11
Les_Paysages_de_notre_Enfance_13
Les_Paysages_de_notre_Enfance_14
Les_Paysages_de_notre_Enfance_19
Les_Paysages_de_notre_Enfance_18
Les_Paysages_de_notre_Enfance_17
Les_Paysages_de_notre_Enfance_15
Les_Paysages_de_notre_Enfance_21
Les_Paysages_de_notre_Enfance_22
Les_Paysages_de_notre_Enfance_23
Les_Paysages_de_notre_Enfance_25
Les_Paysages_de_notre_Enfance_26
Les Paysages de notre Enfance fin

Les Paysages de notre Enfance

2013

 

Toute naissance laisse des traces,

Mentales, familiales, voire corporelles,

Souvent invisibles, et parfois apparentes.

Sur le ventre des femmes. Des mères.

 

C’est souvent heureux, parfois douloureux, ou terrible.

Mais au regard, c'est juste une trace.

Silencieuse. Fascinante.

Une césarienne.

Les cicatrices racontent tellement...

 

Je fus chirurgien pour ces césariennes .

Sous mon regard, un espace clos, un "champ opératoire".

Autour, des draps verts.

La tête et le reste du corps de la patiente n'existent plus.

Juste une zone de travail, horizontale comme ici.

J’ai toujours pensé "champ" comme "paysage".

Comme une abstraction.

Comme le souvenir du paysage de notre enfance,

Des champs, des sillons de labour, des vallons, des collines, des forêts…

Un paysage banal pour tous,

Mais unique pour celui qui y est né.

 

 

Une photographie verticale, c’est un portrait. Une femme.

En horizontal, en frontal, c'est le point de vue du médecin.

Mais c'est aussi un format paysage,

Un grand espace dans lequel le regard peut plonger,

Deviner une histoire, sans trop d'indices,

Imaginer une origine, des liens, une absence parfois.

J’ai voulu garder cette distance, dépersonnalisée,

Pour conserver la  trace, cette cicatrice au milieu du paysage,

Cette terre de notre origine, de notre enfance,

Comme un signe d’appartenance universel.

 

 

Michaël SERFATY